JOB NEWS
À la uneEntretiens

Sabah El Isslah M’rakach, nos recommandations sont destinées aux employeurs

En marge de la deuxième journée du colloque sur le bonheur au travail organisé par SAB Solutions, l’initiatrice de cet événement, Sabah El Isslah M’rakach, directrice générale de SAB Solutions, a bien voulu répondre à nos questions.

948Vues

Par  Bilel Boudj

Madame M’rakach, c’est quoi pour vous le bonheur au travail ?

J’ai été recruteur et responsables recrutement d’un grand groupe, je vois aujourd’hui des personnes que j’ai placées, épanouies dans leur travail et c’est ça mon bonheur. C’est vraiment d’avoir réussi certains recrutements et d’avoir contribué au bonheur des autres.

Quelles sont missions dont s’occupe SAB Solutions ?

Le colloque est organisé par le pôle vent de SAB solutions, qui fait dans l’événementiel scientifique et économique. Les autres prestations sont la formation, donc nous avons un pôle formation continue, qui existe en Algérie mais qui travaille aussi sur la base d’une grande plateforme, qui se trouve en France et qui compte plus de 25 000 formateurs. Parmi les profils de formateurs, comme vous avez pu le voir lors de ces deux jours, les différents communicants de ce colloque qui travaillent justement pour SAB solutions. Ça donne un aperçu du calibre de la qualité des intervenants, locaux et étrangers, que nous proposons. L’autre pôle de SAB Solutions est un pôle audit et stratégie, nous intervenons dans les entreprises pour faire un bilan par exemple sur deux ou trois semaines, les durées sont diverses mais les problématiques sont autour des ressources humaines. Parfois il nous arrive même de faire des diagnostics sur des structures commerciales qui rencontrent des difficultés. Il nous est arrivé aussi d’intervenir sur des structures autant techniques que transversales. Maintenant en ce qui concerne le colloque, vous verrez que nous sortirons avec des recommandations, mais parmi les thématiques que nous allons garder pour les recommandations, cela va être la douleur, nous avons discuté avec les institutions publiques, parce que nous avons reçu le CHRU de Lille, et l’idée est de proposer un centre de prise en charge de la douleur en Algérie. C’est un projet très vaste qui va toucher le secteur de la santé. La seconde recommandation concerne la formation, ce que nous souhaitons étudier comme thème nouveau dans ce domaine, c’est de voir quels sont les outils qui seraient intéressants dans le monde de l’entreprise. Nous savons tous que la formation est obligatoire, les bénéfices de la formation sont connus, seulement parfois quand vous proposez des teambuldings ou des choses innovantes, vous pouvez avoir de la résistance en face, et ce n’est pas forcément de la résistance de la part du management, vous pouvez avoir des apprenants qui ne vont pas vouloir jouer le jeu de la formation.

Ceci est dû à quoi selon vous ?

Justement c’est la question que l’on se pose. C’est pour ça que nous voulons réfléchir à des outils qui seraient adaptés. Peut-être que les générations d’aujourd’hui ont besoin de nouveaux outils de formation. Autre recommandation, le handicap, nous avons une intervenante handicapée qui a exposé son travail, et là nous allons proposer un projet algérien qui s’appellera « travail, art et handicap », l’idée est de réunir d’autres personnes dans la même situation et puis de leur la possibilité d’être acteur dans le monde de l’entreprise. Enfin, dans le cadre de la prévention, nous projetons faire des campagnes de sensibilisation aux stupéfiants dans le monde de l’entreprise, tout ce qui est alcool et cannabis. Nous pensons à une campagne de sensibilisations sur la nécessité du port de la ceinture à l’arrière.

Un des thèmes abordés dans ce colloque était la médiation dans le monde du travail, est-ce que cela fera partie des recommandations ?

Tout à fait, je pense que ça va être que nous allons développer pour prévenir et gérer les conflits dans le monde de l’entreprise et je pense que nous avons toutes les ressources et toute l’ingénierie pour pouvoir assurer la formation à la médiation.

A qui s’adresses vos recommandations ?

Elles s’adressent au monde de l’entreprise, à l’employeur public et privé.

Est-ce que ce seront les mêmes thématiques qui seront abordés lors de la prochaine édition ?

Le colloque sur le bonheur au travail sera un rendez-vous annuel dorénavant. Nous pensons même à faire un jumelage avec Paris, c’est-à-dire le tenir à Alger et à Paris. Nous allons réfléchir à la chose avec la coopération industrielle et technologique franco-algérienne, idéalement un rendez-vous annuellement à Paris et Alger, peut-être plus tard, ne pas le faire à Alger, mais le faire à Oran ou dans d’autres villes mais qui restera en Algérie, d’autant plus qu’il a été initié en Algérie donc s’il traverse la méditerranée, ce sera d’ici. En ce qui concerne les thématiques, nous allons créer un wwc (world wide community) qui permettra de traiter ces thématiques à plus petite échelle.

En ce qui concerne les thématiques, nous allons créer un wwc (world wide community) qui permettra de traiter ces thématiques à plus petite échelle. C’est vraiment le but, à savoir un colloque annuel et des actions moins espacées.

 

JOB NEWS

Laisser un commentaire